Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 21:05

XX - le 32 mai.

Hollywood en a fait un film avec Robert de Niro Al

Pacino et Leonardo Di Caprio dans les rôles principaux

mais les entrées n’ont pas engendré un gros tabac sachant

qu’on ne pouvait se déplacer au cinéma à la tombée du jour

et le film ne fut pas aussi mauvais que les critiques voulurent

bien le dire l’écrire le clamer un seul positif l’ayant réellement vu les autres

ne faisant qu’interpréter les idées et tirer le fil de la polémique

puisqu’ils n’ont pas été rémunérés pour sortir leur papier à bon escient

le film a été vendu par contre en supplément d’un hebdomadaires grand public

pour les classes moyennes moyennant 4,50 euros idem dans les stations-services

où en plus du plein le DVD est proposé au tarif imbattable de 3,50 euros

pourtant cette campagne à l’américaine n’a pas enclenché la ruée espérée

par les images dévoilées au grand goût du public averti perverti assoiffé

car ce qui se joue se joue en temps réel et au jour suit son lendemain inexorable

avec la certitude identique qu’il fera jour et que des morts le seront déclarés

au petit matin dans le même temps des naissances des cris de douleur

des larmes du travail et le premier des cris en aspirant l’air vite l’air

qui nous sauve de notre nuit de nous-même qui nous projette à l’aube

craché expulsé des entrailles des mères défaillantes qui se retrouvent avec

un autre être sur les bras au sein pendu ah qu’elles maudissent sur l’instant

les pères ou l’amant lâcheur qui les a inondé de sueur de désir de hargne

et puis du reste ardemment tout ceci pour tenter de vivre digne et droit

rester debout et avancer vers l’inexorable mort qui préside aux destinées

des vivants quelle comédie fragile quel éclat de rire général tout ça

pour ça de néant à celui de l’oubli né de rien pour disparaître tantôt

totalement hormis la mémoire flageolante des 2 ou 3 générations

pour le mieux qui n’oublieront partiellement et qui suivront le rythme

effréné de la copulation pour porter et rapporter ce qui a existé et

tenter d’inventer ce peut le devenir en un mot comme en cent

ce qui sera défini comme un désir d’humanité où symboles et

manifestations du réel le disputeraient aux monstres du néant

besoins du temps de l’instant où toute richesse s’évalue au prix

de ce qui reste à payer c’est-à-dire le pire

le prix du sang

aujourd’hui c’est demain

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit

Qui Je Suis.

  • : Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • : Ce blog est un lieu de partage, de découvertes. Chaque jour, un poème pour la nuit sera donné à la lecture, à la réflexion. Un espace Manuscrits publiés et non publiés sera mis en ligne. Une place importante sera donnée à la réflexion théorique poétique.
  • Contact

Recherche

Pages