Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 09:31

Performance

 

Ce journal poétique – quasi quotidien – existe depuis bientôt quatre ans. J’ai conçu ce projet comme une réelle performance littéraire et artistique. Avec l’objectif d’assurer sur la durée la création et la publication de poèmes de ma composition et ceux de poètes invités : Thierry Renard, Claude Gobet, Laurent Fourcaut, Albert Guignard notamment…

Le bilan chiffré, car les nombres comptent et les mathématiques ou les statistiques peuvent posséder une poésie intrinsèque… 14 000 pages lues, un événement pour ce qui me concerne, la vingtaine de publications dont j’ai bénéficiées en 20 ans ne m’ont jamais accordé une audience similaire. Certes, la quantité ne vaut pas qualité ; je ne suis dupe de rien.

Mais j’ai voulu fournir un travail de composition, avec toutes ses imperfections, quand j’ai publié sur mon blog des poèmes composés la veille au soir voire le jour-même. Souvent, des manuscrits se sont vus mis en ligne après une période de « refroidissement », quand un laps de temps suffisamment long a été introduit entre la phase d’écriture, qui n’appartient jamais réellement à l’auteur, c’est un fait ! , phase exubérante et enjouée, et celle de relecture, exaspérante et réaliste, puis enfin celle de publication vers LE lecteur, être magique fantasmé, phase emplie de doutes torturés…

Mais tel est le prix à payer. Celle de l’incompréhension, de la critique ; « Ah mais c’est trop, chaque jour de la semaine… » (un journal, n’est-ce pas par nature quotidien ?).

J’ai écrit et proposé il y a quelques années : Lire c’est vivre, et éditer c’est exister !

Ce fut le mot d’ordre des éditions Bérénice. Aujourd’hui, redevenu auteur à plein temps, si je puis dire, je trouve que cette maxime a atteint son acmé !

En créant, en écrivant, en publiant, je me suis rejoint et ai tenté de me réinventer à chaque nouveau jour, dans la lente décomposition du temps qui passe inexorablement, dans une nouvelle posture, un nouvel élan, une véritable envie de partager, de dire haut et fort et me dire, me confrontant à mon double qui me pousse à la roue.

La poésie n’est pas à sens unique et ne fait pas partie des obligations du code de la route. Ma poésie est à double-sens, elle constitue l’autoroute de ma pensée et de mon expression, elle traduit l’un et le multiple de l’évidence. Je ne suis pas ce jour celui d’hier et ne serai pas demain celui d’aujourd’hui. Par définition, chacun peut y trouver, s’il le souhaite, et son rythme, et sa voie.

 

Jean-M. Platier

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui Je Suis.

  • : Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • : Ce blog est un lieu de partage, de découvertes. Chaque jour, un poème pour la nuit sera donné à la lecture, à la réflexion. Un espace Manuscrits publiés et non publiés sera mis en ligne. Une place importante sera donnée à la réflexion théorique poétique.
  • Contact

Recherche

Pages