Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 13:59

 

Personne n’entend jamais personne

Et nul ne fait attention à la subtile

Variété des émotions des sons

D’ambiances des chromes

Et la chaleur qui s’annonce

Mais déjà l’on pense au dîner

Et à l’heure du calcul

Du salaire de la corvée

 

En oubliant le temps périmé

C’est perdre le tableau exact

Figé dans la rumeur oubliée

De tous

Alors que l’instant mille instants

Des millions

Se marquent à chaque seconde

Et ils ne servent à rien

Dans l’apparence donnée

Mais c’est là en amont

Que mon oncle mourut

Au bas de la côte

En vélo

Dans l’année quarante-neuf

Qui ne me vit pourtant pas

Lâché par la vitesse

Précipité la tête la première

Dans le décor

D’une voiture de marque française

 

Son corps m’appelait

Se prénommait Claude

Comme la ville

Janus sanctifiée

Dans l’antan de lointains siècles

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article

commentaires

Qui Je Suis.

  • : Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • : Ce blog est un lieu de partage, de découvertes. Chaque jour, un poème pour la nuit sera donné à la lecture, à la réflexion. Un espace Manuscrits publiés et non publiés sera mis en ligne. Une place importante sera donnée à la réflexion théorique poétique.
  • Contact

Recherche

Pages