Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 18:45

 épisode 13


Pleine page

au présent

où faut-il partir

pour un jour revenir

là où on nous attend le moins

à deux pas des souvenirs

et des tombes patientes

qui sont prêtes à écouter

nos confessions indignes

nos aveux périmés

qui sommes-nous

et que devons-nous dire

devant les témoins imaginés

si nous n’avions pas

finalement

réussi notre vie

 

le 22 juin

 

 

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 09:41

 épisode 12


Beau jour d’été

il faut sortir

c’est signalé

au nom de la loi

de la culture

et de la santé

interdit de fumer

interdit de boire

faut-il payer pour aimer

interdit de conduire

à droite à gauche

pas de pitié

beau jour d’été

il faut applaudir

dans le même temps

ils chantent en play back

ça fait gagner de l’argent

à de drôles de zigotos

à des malabars techno-

crates levez les bras dans

la bonne cadence

fumez un bon joint

c’est légal mais ne dites

rien sur vous ou vos enfants

c’est sale et discordant

beau jour d’été

dans un pays sans politique

sans idées qui copie ce qui

se fait et se défait pic et pic

à l’envers et à l’endroit

bour et bour et ratatam

 

 

le 21 juin

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 10:06

 épisode 11

 

Ton portrait là sur

un bureau d’occasion

qui me surveille

dans l’écriture de mes vers

sombres et ternes nuls

j’éternue sur

I’m broke free

personne ne va me balancer

sur le recording

dandine ton petit ah

sur la piste les tours

perdus pendus

cela en valait–il la peine

de se suicider saoul

sous les sunlights

épidermiques je vomis

ma vie et mon passé

ma vie la mienne la belle

embellie poivrée

je n’ai pas su la retenir

mais je ne suis point Sergueï

l’azimuté de l’hôtel d’Angleterre

flingué sur la cause commune

et celle aussi grande que la terre

nous guette de ses appétits carnassiers

ah mes vers de courte portée

mangez mangez

nourrissez-vous de la matière

et du passé

le reste je m’en charge

du moment que je puisse enfin respirer

 

 

le 20 juin

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 18:10

Expo Hantaï à Beaubourg cartons de Fourcade

peut-être bien et circulairement Paris
dans un gris bleu d'orage un tissu un peu crade
mais opulent or les toiles font le pari
de façonner l'équivalent aussi muscade
dense et serré et même aussi peu équarri
que leur pendant urbain aussi bien rien de fade
un bourgeonnement d'abord au plein de l'ari-
de incrustation de pâte de plis dans la toile
qui crée son propre vide pour flirter avec
puis pour le digérer qu'il devienne la moelle
qu'on dénie qu'elle est là dont on fait la collec
la peinture une panse elle absorbe et recycle
appuie dessus pour voir inouï comme ça gicle
Laurent FOURCAUT
Repost 0
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 18:03

 épisode 10


Quand je te regarde

nue au matin

je me vois tendre vers toi cette main

qui ne te touche pas

cette main pourtant si proche

je sais alors pouvoir mourir

sans avoir nul regret

quand je te regarde

nue le soir

et tu ne t’en rends pas compte

toi si lointaine

en ton monde noir si fragile

je sais que je pourrais partir

pour aller au plus loin de toi

quand je te regarde au soir de ma vie

mes yeux ne voient plus

seuls mes amours d'antan renaissent

pour illuminer la fin de mon film

les acteurs sont disparus

les voix sont tues

mais que restera-t-il

des fragiles souvenirs

des enfants quelques livres

et l’immense déplaisir du rien

 

 

le 19 juin

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 20:29

épisode 9

 

 

Puisque tu le sais

même quand tu fermes les yeux

alors tu vois

ce que voir veut vraiment dire

même si tu te tais

puisque tu le sais

alors que tu ne penses que pouvoir écrire

ce que tu ressens au beau milieu du cœur

alors tu sais ce qui reste à venir

ne jamais quitter

ne jamais abandonner

puisque tu le sais

cette voix qui te conduit

là où elle veut

cette voix qui t’entraine

là où elle peut

puisque tu le sais

ne lâche jamais pour devenir fossile

terminer dans cette glaise seul

si seul contre l’univers

 

le 19 juin

 

 

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 22:27

 épisode 8


En déchirant les écrans

de la main poussiéreuse

retourne vers le chemin

de l’origine et berce

ce destin possible

imagine poursuivre

la volonté

alors tu pourras dire

je veux créer cet avenir

le seul le mien

pour me réinventer

et enfin

m’appartenir

 

 

le 18 juin

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 21:11
A défaut de Leffe on boira une Affligem
au Bar du Centre la chaleur est surprenante
pas trop tôt on sent enfin affleurer la rem
dans l'air chaud se déplie se dilate la mante

l'été fait des marais une Algérie idem
où je naquis au temps des idées lancinantes
la maternité était près du louchébem
depuis lors pas un damné jour que je ne mente

le type en face moi va extrêmement mal
s'approche de sa tarte comme d'un calvaire
la souffrance le fait grimacer comme un pal
ou telle l'hystérique ivre de ses ovaires

maintenant à Grandcamp se retire le flux

le grand horloger se nommerait Monsieur Plus

 

de M. Laurent FOURCAUT

Repost 0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 21:03
Deux nanas l'une rousse nez et seins pointus
l'autre longs cheveux châtains luxueux le sexe
est soluble dans l'air sinue autour en tu-
eur de mélancolie lui le prince convexe

met langue dans les bouches tu pèses fétu
s'il te fait son pressing tu ravales ton pexe
et tu mates ses pieds nus dessous son tutu
dans sandales à talon ami ne te vexe

pas c'est de moi qu'il s'agit la rue du Château
fait un trou où les mouettes à la queue dévalent
à quoi bon dans l'air cru supposer un Watteau ?
une fille a passé dont les deux fesses valent

le coup de vivre encor même si deux crétins
à la table à côté célèbrent leur butin

commercial

 

de Laurent FOURCAUT

Repost 0
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 22:15

épisode 7

 

au coeur de la nuit du jour

se profilent noirs nuages

étranges blancs sur fond

gris de suie le spectacle

se joue dehors de nous

soudain chaque toucher

nous prouve que l'on vit

 

16 juin

 

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article

Qui Je Suis.

  • : Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • : Ce blog est un lieu de partage, de découvertes. Chaque jour, un poème pour la nuit sera donné à la lecture, à la réflexion. Un espace Manuscrits publiés et non publiés sera mis en ligne. Une place importante sera donnée à la réflexion théorique poétique.
  • Contact

Recherche

Pages