Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 18:54

XX - le 31 mai.

aussi bien dieu eût-il voulu tenter la résistance de ce peuple

élu à sa gauche celui qui inventa la langue de l’amour et celle de la poésie

la courtoisie et les libelles révolutionnaires la théorie de la philosophie politique

mais si ce dieu testeur n’avait lui-même aucune réponse préconçue

que faut-il alors penser de lui de ses actes injustes sa justesse quant à sa

justice laissons les prédicateurs lancer les accusations contre les prédateurs

humains inhumains appelés à sortir de l’ombre comme s’il n’y avait plus

assez de place sur la terre hexagonale pour défaire les négateurs de la liberté

quant au diable qui en a déjà parlé

qu’on a peine le jour pour les morts de la nuit

alors qu’aucun pouvoir jamais n’a aux attaques survécu

les victimes familles et alliés sont restées seules avec cette fortune

destinées tombées comme cela sans prévenir mais qu’allaient-ils faire

la nuit dans cette rue infâme cette avenue ce boulevard avec dans la question

toute la suspicion et l’irrespect prononcé contre ceux qui sont morts

sans l’avoir a priori décidé les victimes deviennent peu à peu et calmement

des accusés car les survivants sont les seuls encore à pouvoir se poser

des questions pour tenter de comprendre ce qu’il s’est passé

c’en est devenu si critique que banques et compagnies d’assurance

ont rajouté un addenda à leur contrat spécifiant qu’aucune somme ou montant

ne sera désormais versé aux familles de ceux qui se feraient vider crever

dépouiller à l’avenir de la tête aux pieds assimilant ainsi les balades nocturnes

à de véritables tentatives réussies de suicide dont le but caché consisterait à

faire bénéficier les héritiers de la mort de leur parent qui a rejoint la longue

liste de ceux qui sont tombés sous le joug de meurtriers anonymes et sans pitié

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 14:10

XIX - le 30 mai.

hélas 4 fois

hélas il n’en est rien résulté hormis la facturation du spot

publicitaire tous les quarts d’heure à un million et demi d’euros

la monnaie allemande vendue au commencement par le gouvernement

de gauche plurielle qui fut à de nombreux points de vue

si singulière comme le soulignait à l’époque le poète vénissian Renard

Thierry comme l’animal

vu le succès de cette émission qui devient comme qui dirait une cause

nationale la chute est pour bientôt même s’il faut rassurer le lecteur-citoyen

on prépare la seconde saison c’est dire de ce qui s’annonce être un

franc succès jusqu’à ce que grandisse simultanément et parallèlement

une sourde inquiétude qui s’est vite transformée en un vif désintéressement

de la vie du jour et de la nuit des morts comme si cela était devenu naturel

comme si on s’était habitué à toutes les laideurs

la venue d’experts internationaux de commissaires enquêteurs spécialistes

de l’ONU du HCR ou de la Commission européenne n’a pas contribué à

améliorer directement la situation sauf qu’en regard des méfaits commis

à l’échelle mondiale depuis la chute du Mur de Berlin et des massacres

commis ici et là en Afrique au Rwanda dans les Balkans et au

Moyen-Orient on a appris différentes choses sur comment étaient morts

les morts comment ils avaient vécu qui ils avaient épousé et quel sort leur

a réservé la vie en fonction de référents séquentiels de paradigmes élaborés

et concepts reconnus par la communauté internationale validés par des groupes

cooptés et ce en fonction de leur carrière anoblie par le fait qu’ils n’ont jamais

ô grand jamais commis la moindre vague ni pris la seule décision pour que la vie

qui les a si prudemment épargnés par hasard ou bien subrepticement

à leur propre insu pour mieux circonvenir toutes les situations nées ou

à venir sans que personne ne sache si tout ceci relève du grand œuvre

ou d’une magnifique lâcheté qui caractérise si bien cette époque sordide

qui laissera dans l’histoire des hommes un abyssal vide

une page blanche de ruines

rien nada merdazov

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 21:10

Chers lecteurs,

voici la suite

du premier poème de science fiction ?

ou d'un nouveau genre : un poèmpolar ?... !!!!

Non, bien sûr.

Tout a déjà été inventé.

Heureusement.

JMP

XVIII - le 29 mai.

une émission de télévision en noir et blanc a été lancée

en direct à l’initiative d’anciens soixante-huitards qui ont

repris du poil de la bête le quatrième âge aidant des maos

reconvertis dans la com. avancée et le consulting azimuté

selon le principe fondateur que toute personne invitée à dénoncer

les fauteurs de troubles doivent signaler plusieurs hypothèses

ciblées et chaque appel téléphonique SMS mèl ou twitt

se trouve facturé un euros cinquante puis de nouveau un euros

quarante la minute supplémentaire ainsi une foule bigarrée

dans une collection de cas sociaux-patho se met à dégoiser et

à régler ses comptes hagards de ce qu’ils croient avoir vu ou apercevoir

certains mêmes se sont mis à dénoncer fils fille femme parents

pour participer à la grande fête audiovisuelle où l’humour ne fait jamais

défaut dans le glorieux but d’attraper les mauvais plaisantins

qui font régner la terreur à côté de laquelle celle des robespierristes

était du menu fretin d’amateurs

les maos sont réglos et plus on paye plus on en a pour notre argent

cette devise devient la mienne après ces soirées exceptionnelles

c’est la déconstruction constructive l’épistémologie hard core

le savoir des uns mis en pratique pour le bien être des autres

le premiers bénéficiant des émoluments que nul ne peut même

imaginer dans ses rêves les plus fous mais le plus étrange

c’est que cela tient debout et le pékin en redemande

dans le culte de la demande permanente et chaque nouveau

mort devient un jeu iconoclaste d’un infini mépris sans cesse recommencé

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 21:05

Marché

Quelle épreuve le marché de la poésie !

ces gens à oindre ces paluches à serrer

mais on voit Cliff Verheggen et James Sacré

Bobillot Demarcq Steinmetz que de l'ambroisie

dans les souks du supplice où de vous dévorer

les bouches sont friandes loin de leur saisie

en douce on se dérobe en des ersatz d'Asie

où nul ne se morfond d'être point décoré

refuge en un café où s'assemblent les bourges

enfin y peut souffler incognito ma courge

que découragent grave les salamalecs

faut se courber quand elle à toute force dresse

son mufle sans regard qu'épouvante la presse

- on se venge en pondant un sonnet bien sélect

Laurent Fourcaut

Repost 0
11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 22:05


LES ÉDITIONS LA PASSE DU VENT
AU 33ᵉ MARCHÉ DE LA POÉSIE
STAND 210
DU 10 AU 14 JUIN - PLACE SAINT-SULPICE, PARI
S 6ᵉ


Venez découvrir nos nouveautés et rencontrer nos auteurs sur notre stand 210,
au 33ᵉ Marché de la Poésie, du 10 au 14 juin place St Sulpice (Paris 6e) ! GRATUIT.

En signatures sur notre stand 210 :

Jean-Michel PLATIER signera Quarantaines
samedi 13 juin de 14h à 16h
dimanche 14 juin de 15h à 16h

Laurent DOUCET signera Au sud de l’Occident
samedi 13/06 de 16h à 18h
dimanche 14/06 de 14h à 15h

Serge PEY signera Table des négociations
samedi 13/06 de 18h à 19h
dimanche 14/06 à 11h30 à 12h30

Jean-Baptiste CABAUD signera Fleurs
vendredi 13/06 de 15h à 16h
samedi 13/06 de 11h30 à 12h30

Christian POIRIER signera Le Bonhomme
samedi 13/06
dimanche 14/06

Michel MÉNACHÉ signera Istanbul. Kilim des sept collines
vendredi 12/06 de 17h à 19h
samedi 13/06 de 17h à 18h
dimanche 14/06 de 16h à 17h.

Frédérick HOUDAER signera Engeances
vendredi 12/06 de 16h à 17h

Raphaël MONTICELLI signera Mer intérieure
tous les jours

4 NOUVEAUX TITRES DANS LA COLLECTION POÉSIE !
Des poètes contemporains + une charte graphique moderne
+ un entretetien inédit + un tarif unique : 10 € !

LE MARCHÉ DE LA POÉSIE
Créé il y a plus de 30 ans, le Marché de la Poésie de Paris, installé au coeur de Saint-Germain des Prés, a su s’imposer au fil du temps comme une vitrine de l’édition de poésie où se donnent rendez-vous éditeurs et acheteurs, professionnels du livre, poètes et lecteurs.
Chaque année durant 5 jours de juin, plus de 300 poètes et 500 éditeurs, français et francophones, rencontrent leurs publics sur la Place Saint-Sulpice. L’entrée du Marché est libre et gratuite : on y flâne au gré de ses envies parmi les stands, de livres en livres, de surprises en découvertes, d’achats programmés en coups de coeur inattendus.
Venir au Marché de la Poésie, c’est la certitude de prendre part à une aventure de création, à la vie de l’esprit. En toute liberté.
La Belgique est l'invité d'honneur de cette 33ᵉ édition.

Thierry Renard, poète, responsable littéraire des éditions La passe du vent et directeur de l'Espace Pandora, participera à plusieurs rendez-vous :
- Jeudi 11 juin à 21h : Soir de poésie - lectures et performances poétiques à L'Envol Québécois (30 rue Lacépède, Paris 5ᵉ)
- Vendredi 12 juin à 14h : Journée de formation du Printemps des poètes

Le programme du 33ᵉ Marché de la Poésie

Repost 0
31 mai 2015 7 31 /05 /mai /2015 14:50

XVII - le 28 mai.

au moins les prix de l’immobilier ont connu une chute vertigineuse

et la ville s’est mise à ressembler en quelques jours à un désert

de pancartes « à vendre » en français et en cyrillique car comme

chacun sait rien absolument rien ne peut effrayer un Russe

mis à part son propre portrait une fois sobre

même les dons à des œuvres caritatives qui ont fait florès depuis

1981 la date s’est inscrite dans de nombreuses histoires personnelles

ces dons se trouvent être empreints d’une bien étrange suspicion

vu que les morts toujours mourraient et que leurs corps déchirés

dépecés se ramassent le matin par tournée par quartier

des sacs de toutes couleurs avec la date le sexe l’âge approximatif

le détail des restes estampillé pour servir à qui de droit

au cas où des demandes en restitution videndraient à être déposées

auprès des autorités compétentes qui elles-mêmes commencent

à ramollir disparaître ou s’éteindre naturellement selon le rythme

effréné des départs démissions ou disparitions les trois combinées

engendrant ce qui pourrait a priori être qualifié de sacré

bordel

ainsi les crématoriums marchent du feu de l’enfer

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 11:09

XVI - le 27 mai.

à toute chose malheur est bon disait la grand-mère

Moyret à Jujurieux le pays du poète chassé de toutes parts

la parole s’articule avec les vaches dans leur champ de vies

et de morts ne te met pas sous l’arbre durant l’orage

tu serais alors frappée par la foudre et prend du vinaigre

pour désinfecter les plaies les piqures de guêpes

prend le journal pour t’essuyer le derrière tu liras

entre les lignes pour laisser passer les années de la guerre

quatre années c’est un peu longuet quand les hivers font entre

six et sept mois de durée c’est qu’il est loin le temps des

souvenirs attend-toi de patienter encore un peu avant de

prendre les jambes à ton cou et fuir la misère dans la ville ouvrière

tu ne sais donc pas lire tu apprendras toute seule et

cache-toi du curé il en veut à ton petit chose minet

minet viens boire ton lait ramasse tout ce que tu trouves

champignons gros luisant des bois des champs mûres framboises

reinettes pêche les truites qui se baladent dans le ruisseau

tue et mange prends surtout les écrevisses et ne te laisse pas pincer

marrons pommes tombées noisettes fraises des bois nourris-toi

ce sera ça de moins à te donner

et ne parle à personne cache-toi regarde les animaux vivre

et tu en sauras beaucoup plus que tu ne pourras jamais en apprendre à l’école

sur l’espèce humaine

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
9 mai 2015 6 09 /05 /mai /2015 21:32

XV - le 26 mai.

quand on subit de plein fouet l’irrationnel dans

son corps son âme alors que le monde s’écroule

que l’avenir ne peut se concevoir et que la peur de

vivre l’emporte sur l’hypothèse plausible de la

mort à venir une page personnelle se tourne

pour chacun des êtres

qui se détourne de lui-même et de son prochain

la majorité soit plus d’un million a entamé une

migration vers tous les points cardinaux dans

les limites du territoire et au-delà partout dans le monde

pour s’échapper et ne subir la terrible menace hommes

femmes enfants vieillards cacochymes prennent

la tangente un véritable exode pour rejoindre régions

départements cantons et lieux dits de leurs origines

pour recréer ex nihilo de nouveau les liens relations

qui ont été les leurs depuis une deux trois générations

et le pays dans son ensemble semble soudain reconquérir

son identité française synonyme d’espérance

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 10:44

La bourgeoisie prend ses aises aux Débiteurs

ils sont pas beaux ont l'air vacant et s'encanaillent

bout des lèvres un ennui vague les travaille

pour un peu le dégoût vous ferait trimardeur

"citron vert-gingembre" elle dit sous mon mateur

regard et bien sûr lit Les Echos la racaille

n'a pas accès céans car non je ne déraille

pas elle mangerait ces mornes profiteurs

dieu que je bicherais au festin mémorable

j'attendrais que tout soit mis au niveau du sable

et que la mer balaie les restes du repas

l'atroce vieille peau lit sur Bossuet un livre

inepte je parie j'opte pour son trépas

que crèvent ces affreux afin qu'on puisse vivre !

Repost 0
2 mai 2015 6 02 /05 /mai /2015 13:48

XIV - le 25 mai.

le harcèlement médiatique est au commencement fort sympathique

car on se sent au cœur de l’événement comme si on devenait le direct témoin

de l’origine du vent mais à la longue ça devient chiant

s’ensuit alors une parenthèse dans la longue histoire d’un peuple endormi

une confusion latente un état léthargique dans lequel celui qui pense

avoir tout vu entendu appréhendé ne sait que dire

sinon se taire se barricader faute de mots nouveaux d’arguments ou projets

faute de la moindre idée qui soit un petit peu rebelle

une situation de paradoxes une fin de l’histoire en résumé

une fin sans lendemain à partir de laquelle le passé ne peut plus rien

instruire ni donner la moindre lumière à une ville capitale

la fin d’un pouvoir d’une vision millénaire alors même que

les morts autant absurdes qu’immondes continuent leur bal

grotesque sur le rythme particulier de la nuit au silence incompréhensif

de décès intempestifs alors que toujours la question se pose à savoir

que faire

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article

Qui Je Suis.

  • : Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • : Ce blog est un lieu de partage, de découvertes. Chaque jour, un poème pour la nuit sera donné à la lecture, à la réflexion. Un espace Manuscrits publiés et non publiés sera mis en ligne. Une place importante sera donnée à la réflexion théorique poétique.
  • Contact

Recherche

Pages