Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 14:19

V - le 17 mai.

la nuit une bruine tombe et dieu sait ce qu’il

peut arriver au cœur de ces ténèbres sombres

certains ont mis l’index sur des tribus cannibales

coupeurs de têtes mangeurs de foie collectionneurs

de nez d’oreilles de fémurs en provenance de Nouvelle

Guinée mais si un ou plusieurs spécimens de ces

zozos hantent les caves ou les chantiers ou les ruelles des restaurants

se trouvant par un extraordinaire hasard au cœur de la cité

cela semble bizarre autant qu’étrange qu’un ou deux individus

aient massacré avec une telle constance depuis un bon mois

143 personnes hommes pour la grande majorité hormis

treize péripatéticiennes opérant à proximité du bois mais

dont beaucoup il faut bien l’avouer se trouvaient de sexe

opposé plus un enfant roumain perdu sur la voie ferrée

condamnée côté 12ème et les autres au hasard des rues

du boulevard Arago à proximité de la Santé sous

le masque des platanes en fleurs ah elle est belle la cité

fermée à ses banlieues par des portes symboliques

restaurées en chicanes longs feux rouges et radars

automatisés interposés une ville de rêves disait-on toute en rondeur

pour nous persuader de notre bonheur à faible coût

mais les faits sont têtus alors que nous avions

tant nous n’avons plus rien n’est-ce pas rien que nos

espoirs perdus et nos regrets passés que la vie est triste

sans certitudes quand même prier relève de l’inconscience

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 13:36

V - le 17 mai.

la nuit une bruine tombe et dieu sait ce qu’il

peut arriver au cœur de ces ténèbres sombres

certains ont mis l’index sur des tribus cannibales

coupeurs de têtes mangeurs de foie collectionneurs

de nez d’oreilles de fémurs en provenance de Nouvelle

Guinée mais si un ou plusieurs spécimens de ces

zozos hantent les caves ou les chantiers ou les ruelles des restaurants

se trouvant par un extraordinaire hasard au cœur de la cité

cela semble bizarre autant qu’étrange qu’un ou deux individus

aient massacré avec une telle constance depuis un bon mois

143 personnes hommes pour la grande majorité hormis

treize péripatéticiennes opérant à proximité du bois mais

dont beaucoup il faut bien l’avouer se trouvaient de sexe

opposé plus un enfant roumain perdu sur la voie ferrée

condamnée côté 12ème et les autres au hasard des rues

du boulevard Arago à proximité de la Santé sous

le masque des platanes en fleurs ah elle est belle la cité

fermée à ses banlieues par des portes symboliques

restaurées en chicanes longs feux rouges et radars

automatisés interposés une ville de rêves disait-on toute en rondeur

pour nous persuader de notre bonheur à faible coût

mais les faits sont têtus alors que nous avions

tant nous n’avons plus rien n’est-ce pas rien que nos

espoirs perdus et nos regrets passés que la vie est triste

sans certitudes quand même prier relève de l’inconscience

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 12:05

V - le 17 mai.

la nuit une bruine tombe et dieu sait ce qu’il

peut arriver au cœur de ces ténèbres sombres

certains ont mis l’index sur des tribus cannibales

coupeurs de têtes mangeurs de foie collectionneurs

de nez d’oreilles de fémurs en provenance de Nouvelle

Guinée mais si un ou plusieurs spécimens de ces

zozos hantent les caves ou les chantiers ou les ruelles des restaurants

se trouvant par un extraordinaire hasard au cœur de la cité

cela semble bizarre autant qu’étrange qu’un ou deux individus

aient massacré avec une telle constance depuis un bon mois

143 personnes hommes pour la grande majorité hormis

treize péripatéticiennes opérant à proximité du bois mais

dont beaucoup il faut bien l’avouer se trouvaient de sexe

opposé plus un enfant roumain perdu sur la voie ferrée

condamnée côté 12ème et les autres au hasard des rues

du boulevard Arago à proximité de la Santé sous

le masque des platanes en fleurs ah elle est belle la cité

fermée à ses banlieues par des portes symboliques

restaurées en chicanes longs feux rouges et radars

automatisés interposés une ville de rêves disait-on toute en rondeur

pour nous persuader de notre bonheur à faible coût

mais les faits sont têtus alors que nous avions

tant nous n’avons plus rien n’est-ce pas rien que nos

espoirs perdus et nos regrets passés que la vie est triste

sans certitudes quand même prier relève de l’inconscience

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 15:53

III - le 15 mai.

le débat fut houleux violent charnel et remplit les rubriques

de la libre opinion de la presse dite libre de taire son nom

mais qui peut aider à résoudre les problèmes de la vie courante

l’information continue de tous les instants qui souligne montre

image par image les sentiments les plus vils l’information des crimes

de masse meurtres l’accident l’incendie le désastre la tornade l’agression

le viol le cambriolage le tsunami et désormais tous les gens se regardent

de biais tous s’observent et soupçonnent son proche son voisin son ami

et généralement ses parents d’intentions belliqueuses radicales nuisibles

à son écologie personnelle et la menace plane et l’on se barricade s’équipe

se protège s’arme en attendant la prochaine nuit d’août où là c’est un tout autre

débat puisque le massacre nocturne continue la nuit contre la nuit

qui vient doucement fomente le prochain drame

que faire s’interroge le tout à chacun oui

que faire quand l’Etat ne sait plus rien faire dans son

impuissance décisionnelle

les êtres humains attendent donc le prochain massacre du hasard

on dit que certains veulent mettre fin à leurs jours et

partent désormais la nuit tête haute hantant des avenues ombragées

mal éclairées si possible et il est vrai que peu en reviennent une

association d’utilité publique s’est même montée pour organiser

le suicide volontaire en un puissant lobby à l’Assemblée

après le mariage et les enfants consommés la fin de vie dessinée

l’eugénisme et l’euthanasie dès la procréation à partir de l’analyse de

l’ADN programmé s’il s’avère être défectueux ou mal branlé l’on a voté

comme si les dés en avaient été jetés

pour savoir si des fonds publics pouvaient être versés à un

organisme très médiatisé qui fait de son métier des balades noctambules

seul à deux ou par groupes intégrés d’où l’on ne revient pas

cette société s’est vue décerner le prix de l’entreprise de l’année

avec investissement quasi nul frais d’immobilisation néant

gains de productivité hallucinants marge de bénéfice 95 pour cent

et celle de progression semble illimitée au point qu’on pense

breveter à l’international cette idée que Néerlandais Autrichiens

et Hongrois seraient très intéressés par ce concept détonnant

cela fleure bon pour une balance commerciale fatiguée

dans un état de tel abandon de paradigmes

on rêve alors de tentative d’évasion

ou bien de ne pas être né

amen

la question des retraites est en bonne voie finale

de solution

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 21:32

II - le 14 mai.

le talent le génie en période exceptionnelle de l’être humain

est d’inventer ainsi de nouveaux métiers sont subitement apparus

tels que creuseurs souterrains architectes de veines et goulées et voies under city

nécessitant une impressionnante main d’œuvre et de nouvelles libertés

puisque rien n’était alors codifié répertorié à l’époque où tout n’était pas encore

interdit la Commission européenne n’ayant eu le temps d’inventer une nouvelle réglementation

l’effet immédiat eut pour conséquence fortuite un recul

inespéré sensationnel involontaire du chômage imprévu par les experts certifiés

labellisés TV un retournement de situation qui surprit tout le monde

président gouvernement syndicats maisonnées et les chômeurs eux-mêmes qui ne savaient

que chômer depuis au moins deux générations or

il est difficile des habitudes changer et de reprendre le chemin

de la dignité parenthèse évidente facile à retourner mais un constat

qu’il ne faudrait plus jamais oublier de peur de perdre ses fondations

mais bien que la collectivité ait pris soin de veiller à la sécurité

des hommes tombent de nouveau chaque nuit moins nombreux certes

mais tombent tout de même sous les coups des massacreurs impies qui

dévorent cervelles cœur foie poumons mais abandonnent des os

déshumanisés à la crainte de regards apeurés d’un éventuel retour

de pratiques cannibales

certes c’est la crise mais ce n’est pas une raison de manger son

prochain en laissant carcasses et bas morceaux aux parents et proches désolés

les policiers eux ne font que s’interroger sur des hypothèses plausibles et les causes

c’est à en devenir fou on n’aurait plus le droit de sortir

parce que des dizaines de malvenus se sont fait trépaner la nuit venue

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 14:24

I - le 13 mai.

au motif de protéger vieille rengaine complaisante

les hilotes contre leur massacreur d’un soir

en cette date anniversaire du coup d’Etat en

permanence les hommes se liguent alors que le plus

grand nombre s’abaisse à contempler leurs petits

pieds je disais donc que l’arrêté se trouvait valide

jusqu’à la date indéterminée de son abrogation

quand l’auteur du crime serait mis hors de nuire

demain à la Saint Michel ou à la saint glin-glin

et c’est alors que le génie de l’homme rejaillit sur

la contrainte édictée placardée affichée les rictus alors

de se déployer puisque l’accès nocturne se voit interdit

subitement au risque du danger mortel les hommes apprirent

à se déplacer sous la terre comme au ciel car aucun de ces

ignobles crimes constatés ne fut commis dans l’enceinte

du métropolitain des aires souterraines sncf ou les catacombes hors routes

chemins reliant les rues boulevards avenues et quartiers sensibles

si éloignés de l’être selon les lâchetés de la sémantique

requise pour que chacun puisse continuer à faire sa vie de nuit comme

de jour pour visiter parents voisins amis ou alliés

sans autre souci de devoir recourir aux mots verbes adjectifs décalés

pour enfin pouvoir résister à toutes heures de jour comme de nuit

à la glose somnolente de l’imposture qui se satisfait de sa posture

dédiée au monde sans exagération ni vanité visible et invisible

et à l’univers tout entier

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 09:42

Acte 2 :

JOUET HOMME

l’on s’aperçoit après force expertises administratives

enquêtes statistiques menées dans les temps de main

de maître les résultats ayant été par de ci-devant experts

autoproclamés analysés décortiqués décomplexés par un

pouvoir suprême les morts ces morts puisqu’il faut ainsi

les nommer mourraient effectivement de nuit dans la ville

intra-muros du tomber de la nuit au lever du jour dans le silence

des interdits qu’il fasse beau ou qu’il pleuve qu’il vente ou

qu’il ne fasse rien du tout dans des espaces libres de toute lumière

circulation présence humaine en nombre recensée les victimes

survenues lors de chacune de ces nuits durant de très longues

semaines apeurées les autorités légales constituées ont pris l’arrêté

municipal dans le seul souci de nous protéger de nous-mêmes

puisque manifestement ni la police ni l’armée ni les pompiers

ne peuvent déterminer l’origine des crimes il est déclaré

officiellement en l’hôtel de ville les interdictions suivantes

avant la créations de nouvelles taxes amendes et impôts

du fait qu’il est du plus grand danger de se promener de nuit

seul en groupe caché ou nu et ce quelle qu’en soit

la raison il est donc proclamé que

il est interdit de se déployer de nuit dans les rues boulevards

et avenues et encore moins sur les quais ou les impasses

seul en attroupement à pieds deux roues à cheval

et encore moins en voiture même si aucun cadavre n’a été trouvé

dans un véhicule motorisé à quatre roues

bref quel que soit le mode de transport utilisé sous peine

de subir derechef une incarcération mise à l’index bref un embastillage dans les règles

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 11:39

XVIII - le 12 mai.

se dessine une nouvelle ère

ou peut-être une certaine fin

un chemin sans retour

l’hypothèse maintes fois posée

d’une fin de l’histoire détaillée

alors que brûlent déjà les pages rassemblées

dehors se meurt sans cause visible

et ne répond aucune posture de la pensée

au train où vont les choses

telles des répliques définies comme sismiques

avant la solution de l’apothéose

on reprend la voie des cultes

des mythes attendant les mirages des icônes

on se plaît alors à croire en la magie

des astres calendaires sur le vol des moineaux

au champ de Mars peu avant

notre ère ceux qui survivent se souviennent

et portent la parole des masques

en florilège campagne de communicants

prouver ce que l’on n’est pas au commun

des mortels puis contre ceux qui ont porté

la croix théorème identitaire présenté

dans ce programme qui se joue du plan quinquennal

pour forcer la décision et remporter le triomphe

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 15:12

XVII - le 11 mai.

le onze

rien

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 09:10

XVI - le 10 mai.

en ce jour sordide de trahisons de multiples

mots s’élaborent associés à tous les noms

qui s’affichent 3 x 4 par d’immenses panneaux

placés sous protection policière alors qu’émergent

les premières questions non consensuelles mais

qu’ont-ils fait pour mériter cela

une mort dantesque

et l’on se surprend d’établir des liens bilans

cabales menus fretins là où rien ne demeure

impossible le chemin doucement se trace

au milieu de l’ennui où s’alternent

pages réelles et virtuelles des articles de

recherche épistémologiques les experts

rivalisent d’expertises et même les psychiatres

font ceux qui ont tout compris au niveau symbolique

mais nul finalement ne dit ni ne pose les bonnes questions

aucune rumeur de délation ne devient valide

et portant dieu sait qu’en la matière nos con

citoyens sont champions à manipuler

40 millions de lettres dénonçant

voisins amis mères parrain mari

ceux qui n’ont pas dénoncé ne savaient pas

encore écrire ou bien étaient séniles

rares exceptions ou bien ceux qui ont écrit avaient l’écriture

pour passion ou ont écrit plus vite que leur ombre

la machine à écrire ou le crayon tapant plus fort qu’à son tour

avant que ne soient transmises à la Kommandantur

ces belles lettres écrites tapées cachetées

aux timbres collés oblitérés livrant leur

vérité que l’histoire va vite enterrer

dans le gouffre des beaux mythes

errants simplificateurs

derrière l’effet du style toute la candeur des lettres

tracées vers l’inconnu des mots et de leurs iniques conséquences

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article

Qui Je Suis.

  • : Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • : Ce blog est un lieu de partage, de découvertes. Chaque jour, un poème pour la nuit sera donné à la lecture, à la réflexion. Un espace Manuscrits publiés et non publiés sera mis en ligne. Une place importante sera donnée à la réflexion théorique poétique.
  • Contact

Recherche

Pages