Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 17:18

9

 

Parjure

 


Quand le regard esquisse une parole mesurée

au millimètre près

quand il ne faut pas dénouer le filet de la vague

il se détourne dans la pudeur des passantes impatientes

 

Il ne faut pas traduire surtout

ne rien traduire

ne pas évoquer le vol du temps

et des rumeurs à craindre

 

Dans une gestuelle d'éolienne

l'ellipse secrète l'écran de fumée

ou un syllepse bien amené

s'arment

les remords et les regrets

ces baigneurs d'un iris marronnier

 

Souvent le bleu du ciel s'anime

et se couvre de nuages noirs

 

Surtout ne rien dire

ni traduire le mouvement d'harmonie

le train est parti

la vie vaque en partance

encore quelques jours

et l'oubli aura construit son œuvre lente

et l'oubli brûlera les poussières des silences

 

Chères collègues des morts latentes

 

L'impatience des jours à nourrir

se défriche dans le sel de champs d'étoiles

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article

commentaires

Qui Je Suis.

  • : Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • : Ce blog est un lieu de partage, de découvertes. Chaque jour, un poème pour la nuit sera donné à la lecture, à la réflexion. Un espace Manuscrits publiés et non publiés sera mis en ligne. Une place importante sera donnée à la réflexion théorique poétique.
  • Contact

Recherche

Pages