Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mai 2012 6 26 /05 /mai /2012 15:15

 

Pour vous mes concitoyens qui aurez un jour le bonheur intense de me lire

Je vous accorde mes pensées qui valent désormais mieux que tout projet

Il fut un temps où nous étions le nombre à réinventer la vie du moins

C’est ce qu’ils nous ont fait croire deux ou trois décennies durant c’est fou

Comme nous apprenions et comprenions assez peu vite les signes de réalité

Mais nous étions jeunes ce fut là la moindre des infortunes à bégayer gaiement

Et bruyamment ce qu’on nous disait en hauts lieux sur tous les tons et les

Couleurs nous étions et faisions partie du monde et nous ne le savions pas

Pas vraiment car nous nous sentions des imposteurs sensibles de jouer un jeu

Dont nous ne possédions pas les règles la guerre des classes menait son plein

Mais aujourd’hui que les lignes sont poreuses et que tous les masques se sont levés

Ceux de la médiocrité de l’affairisme ou des ambitions avortées du gagner puis

Conserver le pouvoir comme une boite de conserve qui un jour explose et se désagrège

Sous les effets d’un soleil trompé nous voilà réduit désormais à l’échelle de notre ombre

Et le futur maudit devra disparaître pour vivre enfin le temps présent cadeau du ciel et de la terre

Un cadeau splendide depuis le début de l’humanité inégalé dans sa puissance et sa réalité

Mais empoisonné par la survivance des plus anciens rites transformés en lois liberticides

Mon monde aujourd’hui m’appartient

Et les terres de mon pays que j’ai franchies aussi diverses dans ses plaines ses montagnes ou ses collines

Ses reliefs méditerranéens ou sa violence océanique

Partout oui partout je me suis senti chez moi

Pour déguster les fromages par centaines et les vins

Qui ont construit la poésie de ma vérité

Et si je n’ai pas encore franchi le Gers ou le Lot

J’ai passé tous mes hivers et les étés dans les chemins les plus durs et les plus doux

Toujours surprenants par leurs couleurs et leur beauté

Impossible de nommer cantons et villages villes et campagnes cours d’eau forêts

Monts et crêts montagnes célébrées dans la naissance des origines

Mon pays est la France et je garde au cœur l’économie de l’espérance

Qui dut parcourir la foi de cinquante générations et la force d’autant

Pour construire un pays il faut du courage et de la volonté

Le métier est un art et les poètes un temps des alliés ont été convaincus

De leur ignorance

Mais la technique et les techniciens ont abrutisé ce pays qui n’en est plus un

Dont la culture a été jetée aux chiens ou aux orties

La langue dépecée à coups d’anglicismes anglo-américains

La fine fleur de son industrie a été nettoyée équarrie sous le profit mondial

Et l’argent mène par le bout du nez des élites décadentes et meurtries

Aux projets vides de sens et de poésie

Car eux ils sont que par ce qu’ils ont

Ils n’ont rien donné mais ont tout pris

L’avenir appartient donc aux justes qui renverseront le désordre établi

Et la prochaine révolution sera absolue et déterminée

N’aura aucune pitié

Nous abolirons les privilèges et le salariat

Nous ouvrirons les frontières aux hommes de bonne volonté

Nous massacrerons les traîtres les mafias et supprimerons l’armée

Seuls les meilleurs auront le pouvoir pour un temps un mois ou une journée

Les autres vivront leur vie leur destinée en sachant ce qu’il faut pour dessiner un arbre

Faire un poème ou une chanson ou construire une table en chêne un chalet ou un bateau

Et si je vous vois sourire c’est que vous rêvez éveillé et c’est que vous êtes

Redevenus un peu plus libre l’espace des trois minutes qu’il vous aura fallu

Pour lire et rêver

Pour rêver d’être libre et libéré

 

 

Saint Julien Molin – Molette, Paris,

août 2009

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-M. Platier - dans Un poème pour la nuit
commenter cet article

commentaires

Qui Je Suis.

  • : Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • Le blog de jean-m.platier.over-blog.com
  • : Ce blog est un lieu de partage, de découvertes. Chaque jour, un poème pour la nuit sera donné à la lecture, à la réflexion. Un espace Manuscrits publiés et non publiés sera mis en ligne. Une place importante sera donnée à la réflexion théorique poétique.
  • Contact

Recherche

Pages